Briefe / Mitteilungen

Attention, ce Parlement peut nuire à votre santé

DOI: https://doi.org/10.4414/saez.2018.17163
Veröffentlichung: 03.10.2018
Schweiz Ärzteztg. 2018;99(40):1363

Dr Pierre Gachoud, médecin généraliste, Membre de la Commission de Promotion Santé Publique, Service de Santé Publique FR

Attention, ce Parlement peut nuire à votre Santé

Chers collègues,

Tel est le titre de l’Emission «Temps Présent». Notre TV, blanchie plusieurs fois des accusations de violation de la concession publique, a «fait fort» dans son émission du 6 septembre. Reportage à voir ou revoir sur RTS.ch Temps présent. Ayant dédié ma carrière médicale entière à la Prévention, Comme enseignant en hygiène, Médecin de terrain dans un pays en développement, Médecin scolaire, Médecin de famille, Promoteur de Santé dans les écoles … etc., j’ai été très interpellé par ce courageux reportage.

Avec méthode, concision et rigueur, la TV Romande a brossé le portrait peu reluisant de notre Pouvoir Législatif, gangréné par des ­individus nuisibles à la protection de la Santé de nos enfants et ados.

On a pu voir, de manière surréaliste, le Président de la Commission de Santé (sic!) déclarer contre l’expertise de l’OMS et l’OFSP: «Je n’ai pas de preuve que la réduction de la pub pour le tabac, denrées sucrées, etc. aide à la prévention.» On y voit une alignée de Parlementaires, tous avec des conflits d’intérêts, cités nommément, affirmer avec aplomb des monstruosités de négation de faits médicalement indiscutables. Ils influencent la votation des nos lois en siégeant au National ou aux Etats, avec 5...8..10 mandats chez Coca-Cola, Red Bull, Japan Tobacco ou autres et en même temps dans des Caisses Maladie, des Associations de soins, aux Innovations et Recherches Médicales, à la Faculté de Médecine de Berne, et autres liées à la Santé. Ils déclarent n’y voir aucune contradiction avec des assertions telles que:

– «Il n’est pas nécessaire de consulter des experts en Santé» – «Non, la cigarette n’est pas un poison» – «Je ne crois pas que la cigarette soit addictive» – «Les études ne démontrent rien de manière irréfutable» – «Il n’y a pas autant de sucre que ce que vous dites dans…» – «Je ne sais pas combien de gens meurent du tabac» – «Je m’investis dans la protection des jeunes!!!»?

Temps Présent montre les manœuvres idignes de députés qui ont prêté serment à la Constitution, pour torpiller un article à voter au Parlement, autorisant le Conseil Fédéral à restreindre la publicité pour tabac, alcool, denrées sucrées à l’excès.

Questions à nous, médecins, parents, grand-­parents des citoyens de demain:

1) Peut-on admettre d’être dirigés par des forces pécuniaires déstructrices de la Santé, faisant obstacle systématique à toute mesure de protection?

2) Pouvons-nous accepter que ces assermentés agissent à l’opposé de ce qu’ils ont promis en déniant l’Art. 11 de notre Constitution: «Les enfants et les jeunes ont droit à une protection PARTICULIÈRE et à l’encouragement de leur développement»?

3) Peut-on accepter pour qualités cardinales de Parlementaires la recherche d’intérêts privés et pécunaires, ceux d’une industrie délétère, le deni, le mensonge, la lâcheté de refuser de parler aux médias (Mr. I.B.F.), l’ignorance sur les sujets soumis, donc l’incompétence, les manœuvres sournoises, bref, tout ce qui fonde la trahison de leur fonction au service du peuple?

4) Veut-on accepter pour nos enfants une génération de polyartériels tabagiques, d’obèses, de diabétiques, qui sera non seulement souffrante, mais inactive dans la société de demain, avec des coûts devenus depuis longtemps ingérables?

La caméra de la TV termine avec un gros plan sur le médaillon latin à l’entrée de notre Palais Fédéral: «Que l’intérêt public soit la loi suprême!...» puis une voix en note finale: «Ne sommes-nous pas aux limites de notre Parlement de milice, à moins qu’on aie le courage d’interdire tout lien avec une autre profession que sa principale.» N’y a-t-il pas paradoxe de voir punis avec sévérité les affaires Maudet, Savary, Ruiz (qui n’ont pas vraiment nui aux Citoyens) et laisser tranquillement sévir les vrais nuisibles pour la société? Puissions-nous y prêter la plus vive… attention!

Verpassen Sie keinen Artikel!

close