Briefe / Mitteilungen

Liquidation de mesvaccins.ch

DOI: https://doi.org/10.4414/saez.2021.20134
Veröffentlichung: 15.09.2021
Schweiz Ärzteztg. 2021;102(37):1204-1205

Cédric Deruaz, La Chaux-de-Fonds

Liquidation de mesvaccins.ch

En tant que médecin installé j’ai souhaité écrire pour dire ma stupéfaction à la réception du courriel d’annonce de la liquidation de la Fondation mesvaccins! Il me semble que notre système de santé est bien malade, en tout cas numériquement!

La crise du SARS-CoV-2 a mis en lumière beaucoup de nos défauts et de nos failles. Il faut être très réaliste: notre système de santé a tenu le choc pour une raison principale: nous sommes très riches! Bien entendu nous devons redire notre gratitude à tous les acteurs du système, autorités comprises, qui ont œuvré d’arrache-pied pour lutter contre les effets de ce virus, mais ce n’est ni notre morcellement en 26 cantons, ni notre système informatique médical au niveau fédéral, ni la communication directe des autorités aux soignants indépendants qui ont permis de faire face à cette crise. Les médecins auraient absolument dû recevoir des informations claires, précises, à chaque étape de cette pandémie de la part de l’OFSP.

La Fondation mesvaccins avec le carnet électronique de vaccination a été un des premiers outils numériques de ce pays avec un soutien de l’OFSP constant. J’en veux pour preuve les communiqués de l’OFSP par exemple des 23.4.2019, «Bien vacciné(e)?»: nouvelle campagne pour le carnet de vaccination électronique, et 23.4.2018, Carnet de vaccination électronique: nombre d’utilisateurs en hausse. Il s’agit d’un outil très bien fait, intégrant des algorithmes actualisés, moderne, et qui était très certainement destiné à accueillir les certificats pour la vaccination anti-COVID!

Je suis stupéfait de lire que les autorités n’ont pas attribué le financement nécessaire pour le maintien de cette activité! Quand on sait les milliards de francs qui ont été attribués à des solutions non prouvées, à l’efficacité douteuse (pour ne citer que les autotests), je suis très étonné que notre Confédération n’a pas su investir dans cet outil qui a déjà fait ses preuves.

Il en va de la crédibilité de notre système de santé tant pour la Confédération que pour les professionnels de santé. J’ai personnellement été très actif pour encourager l’utilisation du carnet électronique de vaccination; imaginez la situation actuelle pour expliquer à mes ­patients que leurs données ne sont plus accessibles. Qu’est-ce que nos patients, notre population va penser de notre travail et de celui de nos autorités, si les outils mis en place (fortement soutenus par l’OFSP) ne permettent pas de garantir un accès à leurs données? La Confédération a le devoir de prendre sa responsabilité par rapport à cet événement. Elle doit tout mettre en œuvre pour tous les citoyens-patients qui ont inscrits leurs vaccins dans cette base de données puissent au moins obtenir les données de vaccinations.

Que dire de la communication face à cet événement majeur dans le paysage de la santé ­numérique en Suisse: aucun communiqué sur le site de l’OFSP en lien avec cette cessation d’activité…

Au vu de ce désastre, mes craintes concernant la mise en place du DEP ne font qu’augmenter. La Suisse est à la traîne et elle choisit de se cantonner à ses petits systèmes loco-régionaux pour avancer dans la médecine actuelle (ce n’est pas la médecine de demain!). Si un système fédéral comme mesvaccins n’a pas tenu face aux exigences, j’ai de forts doutes concernant l’avenir du DEP (ou devrais-je dire des DEP!). Je me réjouis déjà d’annoncer à mes patients que la plateforme qui nous permettait de centraliser leurs documents de santé a fermé…

Verpassen Sie keinen Artikel!

close