Nachrufe

In memoriam ­Marcel Gemperle (1930–2021)

DOI: https://doi.org/10.4414/saez.2021.20370
Veröffentlichung: 08.12.2021
Schweiz Ärzteztg. 2021;102(49):1647

Un pionnier et visionnaire de l’anesthésiologie

Le Professeur Marcel Gemperle nous a quitté le 25 octobre 2021 à l’âge de 91 ans, laissant un grand vide et une grande tristesse pour le personnel de l’anesthésiologie genevoise.

fullscreen

Marcel Gemperle, Saint-Gallois d’origine, a effectué ses études de médecine à Fribourg et à Zurich, où il a obtenu un doctorat en 1962. Il a réalisé une partie de sa formation clinique en Autriche et en France. Après une première expérience en chirurgie et en médecine interne, il s’est rapidement tourné vers l’anesthésiologie, une science encore très jeune à l’époque.

Il a débuté sa carrière au sein de l’Institut d’anesthésiologie des cliniques universitaires de Zurich, où il a ­occupé diverses fonctions, dont celle d’anesthésiste responsable, puis a rejoint en 1964 le service d’anesthésiologie de l’Hôpital cantonal de Genève en tant que médecin-chef. Pour nous, ses élèves, il est aujourd’hui difficile de s’imaginer en quoi consistait un service d’anesthésiologie dans un hôpital universitaire à l’époque. En résumé: il n’y avait rien. Pas de structure, pas de personnel médical ni infirmier adéquatement formé, pas de matériel approprié, pas d’académisme.

A Genève, au début des années 1960, Marcel Gemperle s’est entouré de médecins-cadres et de collaborateurs qualifiés et a introduit des techniques d’anesthésie modernes (neuroleptanalgésie, anesthésie loco-régionale, analgésie obstétricale) et des bons équipements de surveillance. Il a sectorisé et «spécialisé» l’activité anesthésiologique selon les besoins des diverses disciplines chirurgicales, suivant son crédo «the right man in the good place». Il a aussi augmenté et stabilisé les ressources humaines médico-soignantes. Cela a permis la progression de la chirurgie et une hausse spectaculaire du nombre et des types d’opérations, passant de 3900 en 1960 à plus de 15 000 en 1969! Et cela n’a cessé de progresser, avec l’intégration d’une unité de soins intensifs et l’implication des anesthésistes dans les urgences.

En tant que médecin-chef, Marcel Gemperle a développé sa recherche sur les répercussions de l’anesthésie générale sur le système cardiovasculaire et a encouragé l’académisation de son service. Sur le plan de l’enseignement, il a formé de très nombreuses et nombreux anesthésistes et activement participé à la mise en place d’un titre fédéral de spécialiste en anesthésiologie.

Il s’est aussi beaucoup investi dans les sociétés savantes de sa spécialité, ainsi que pour sa reconnaissance dans les instances internationales. Membre de la Société suisse d’anesthésiologie et de réanimation (actuelle «Société suisse d’anesthésiologie et médecine péri-opératoire») dès 1963, il en a assuré la présidence de 1968 à 1970.

En 20 ans, à la tête de son service, le professeur Gemperle a transformé et développé un service en phase avec les attentes de chacun. Il a développé l’anesthésiologie en tant que science et aussi en tant qu’actrice dans la chirurgie. Il a compris que la chirurgie et l’anesthésiologie étaient très liées, mais que celle-ci était aussi une discipline à part entière. Il s’est battu pour que le service d’anesthésiologie se sépare du service de chirurgie au début des années 1990. Le service d’anesthésiologie de l’Hôpital cantonal universitaire de Genève a été finalement reconnu comme entité indépendante juste avant le départ à la retraite de Marcel Gemperle en 1995.

Aujourd’hui et pour toutes les futures générations d’anesthésistes suisses, la vie professionnelle de Marcel Gemperle représente l’histoire du développement de l’anesthésie moderne. Il fut un pionnier et un visionnaire. En considérant son remarquable parcours, nous réalisons à quel point il s’est battu avec détermination et conviction pour que l’anesthésiologie devienne une discipline médicale reconnue. C’est aussi grâce à cette ascension fulgurante de l’anesthésiologie et à la polyvalence aguerrie des médecins et soignants d’anesthésiologie dans tous les domaines de la médecine aiguë que nos hôpitaux ont pu faire face au COVID-19.

Les collaboratrices et collaborateurs – actifs et anciens – du service d’anesthésiologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) rendent hommage à ­Marcel Gemperle et lui adressent leur reconnaissance d’avoir conduit avec rigueur et énergie notre discipline à une position forte et légitimée.

Dre Irène Iselin-Chaves, Prof. Martin Tramèr, ­Service d’anesthésiologie, HUG

Credits

Image aimablement mise à disposition par son épouse, Geneviève Gemperle

Verpassen Sie keinen Artikel!

close