500

Horizonte

Buchbesprechungen

DOI: https://doi.org/10.4414/saez.2022.20791
Veröffentlichung: 20.07.2022
Schweiz Ärzteztg. 2022;103(2930):956-957

Patient’Elles. Récits de femmes ordinaires, extra­ordinaires

Françoise Thomé

Lausanne: Editions Favre, 2022, 192 pages

fullscreen
Biographies

C’est touchée et impressionnée que je referme Patient’Elles de Françoise Thomé, qui a été médecin de famille à Genève. C’est un livre miroir. Miroir d’une passion de la médecine – celle qui accueille, observe, écoute et entend, panse et accompagne, parfois guérit. Miroir d’un humanisme engagé qui s’occupe des plus démunies dans des missions humanitaires, en Afrique autant qu’à Genève, en cabinet ou dans les espaces d’accueil des personnes sans abri auxquels sont versés les droits d’auteur de cet ouvrage. Miroir des bouleversements et fracas du monde contemporain avec ses laissées pour compte et leurs histoires de vie au dénouement trop souvent tragique. Miroir également de la force, de la résilience, mais aussi de la fragilité des femmes, de la violence qui leur est faite, des trajectoires fragmentées qui sont fréquemment les leurs. Pour accompagner jusqu’au bout ses patientes, ces femmes courageuses, et leur rendre hommage, Françoise Thomé en a fait le portrait, par touches simples et précises, non dénuées de suspens. Dans ces petits contes transparaissent également sa compassion, sa révolte devant les injustices subies, les mains pleines qu’elle leur a tendues de manière personnalisée et créative, bien au-delà de la réponse médicale habituelle.

Ce livre témoigne aussi de l’immense richesse des rencontres qu’un médecin peut faire dans sa pratique. L’intérêt pour autrui, l’accueil attentif des femmes, la générosité et l’envie de partage en portent ici la marque particulière. Ces récits ont été écrits au moment de la retraite de notre collègue, à partir de notes prises au fil du temps. Ils se lisent avec plaisir dans une grammaire qui favorise le féminin et sont très subtilement soulignés par les belles encres d’Irène Gil.

Les droits d’auteur de Patient’Elles sont reversés à la Fondation Carrefour-Rue & Coulou, qui offre hébergement, nourriture, hygiène et soins médicaux aux personnes sans abri.

Prof. Dre méd. Anne-Françoise Allaz, ­membre de la rédaction

Vulnérabilités, diversités et équité en santé – 2e édition

Patrick Bodenmann, Yves Jackson, Francis Vu et Hans Wolff (dir. publ.)Chêne-Bourg: Médecine & Hygiène, 2022

fullscreen
Ouvrage spécialisé

Pionnier de l’équité en santé, Sir Michael Marmot écrit dans la préface: «Le présent volume illustre admirablement comment les médecins peuvent devenir actifs dans la lutte contre les inégalités sociales et d’accès aux soins qui s’expriment à travers les déterminants ­sociaux de la santé. En prêtant attention à la santé de ces groupes, les médecins et autres personnels de santé promeuvent des sociétés éthiques.» Une seconde préface est le fait de leaders des Facultés de médecine de Genève et Lausanne, illustrant une collaboration à succès.

Cette édition fait suite à la première de 2018 qui a beaucoup retenu l’attention, mais ce n’est plus le même ouvrage: les anciens chapitres ont été revus de manière approfondie et certains, réunis. Aux 44 chapitres initiaux s’ajoutent 24 nouveaux sur des sujets comme l’épigénétique, la littératie numérique, le racisme dans le système sanitaire, le poids des mots (stéréotypes, préjugés), le genre, le handicap, la traite des êtres humains et bien sûr le dérèglement climatique, les migrations, la pandémie de COVID-19. On distingue quatre grandes parties: les fondements (25 chapitres), les populations spécifiques (18), les pratiques cliniques (17), les défis actuels (8). Cette somme est complétée par des entretiens croisés entre Giselle Corbie-Smith, qui a présidé l’Association américaine de médecine interne générale, et Michael Marmot. Au total, 170 auteurs d’ici et d’ailleurs.

Cet ouvrage est une présentation substantielle des compétences requises, basées sur l’évidence scientifique, y compris conseils pratiques et éthiques, pour la prise en charge des personnes vulnérables et en situation de précarité et d’inégalité grave.

Dr méd. Jean Martin

membre de la rédaction

Psyche und Soma: Erkenntnisse und Implikationen der Analytischen Psychologie

Renate Daniel

Stuttgart: Kohlhammer; 2022

fullscreen
Fachbuch

Dieses kleine, handliche und kompakte Buch fasst in fünf Kapiteln alles zusammen, was alle Psychotherapeutinnen und Psychotherapeuten über Psychosomatik unbedingt wissen müssen. Auch allen anderen ganzheitlich denkenden Ärztinnen und Ärzten, Pflegenden und therapeutischen Fachpersonen ist das Buch sehr zu empfehlen.

Das Buch geht von der Psychologie C.G. Jungs aus und verbindet diese immer wieder mit der Praxis. Die Grundbegriffe – Komplex, Schatten, Synchronizität, etc. – sind alle da und einfach und präzise erklärt. Bezüglich der Handhabung für die Praxis bleibt die Autorin angenehm offen. Die von Jung entwickelten Theorien geben Anregungen und werden nie zu Glaubenssätzen.

Renate Daniel schreibt ausgedehnt über das Zusammenspiel von Psyche und Körper. Dabei wird offensichtlich, dass das Krankheitsverständnis Jungs dem bekannteren ­bio-­psycho-somatischen sehr ähnlich ist. Durch das Einführen Jungscher Begriffe werden die komplexen Zusammenhänge aber noch greifbarer:

– Es werden keine Konflikt-Symptom-­Zusammenhänge gesucht, sondern es geht um Synchronizität, das heisst, das schicksalhafte Zusammenfallen von Konflikt und Symptom kann plötzlich erhellend sein und einen wichtigen Beitrag leisten zur Verbesserung einer Störung.

– Es geht in der Psychosomatik nicht um das «Machen»; die Therapeutin oder der Therapeut muss mit der Patientin respektive dem Patienten oft einfach Aushalten – und dann kann es über die transitorische Funktion zur Besserung kommen.

Dr. med. Gerold Roth, Effretikon

Le témoin jusqu’au bout

Georges Didi-Huberman

Paris: Les Editions de Minuit, 2022.

fullscreen
Récit

Le témoin jusqu’au bout est un livre précieux, très beau, magnifiquement écrit par Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l’art, auteur d’une œuvre abondante. Ce témoin, c’est Viktor Klemperer (1881–1960), philologue, dont Didi-Huberman lit le journal clandestin écrit jour après jour de 1933 à 1945 depuis la ville de Dresde où il enseignait à l’université.

Ce journal – dont les fragments seront régulièrement cachés dans la paroi d’une maison d’habitation par une amie «aryenne» – montre de façon sensible et poignante la progression de l’oppression nazie et les points d’appui qui permettront à Klemperer, persécuté comme Juif, de rester, malgré les épreuves et l’enfermement temporaire, un vivant et de «témoigner jusqu’au bout» (il faut «grimper le long de mon crayon pour sortir de l’enfer»!). Cette œuvre montre comment la langue peut être enrôlée dans l’organisation totalitaire de la vie de toute une population, comment son utilisation peut coloniser les esprits. Et cela n’est pas indifférent aujourd’hui où la langue qui nous est adressée, qui s’est mise en place progressivement depuis l’entre-deux guerres mondiales, est la langue du management qui a colonisé les institutions de soin, l’école, les pratiques politiques comme le montrent aussi divers penseurs et essayistes tels que Bernard Stiegler, Johann Chapoutot et Miguel Benasayag.

Dre méd. Véronique Zumstein, Martigny

Verpassen Sie keinen Artikel!

close