Briefe / Mitteilungen

Pas si géniaux ... à l'avenir

Virgile Woringer

DOI: https://doi.org/10.4414/saez.2018.06720
Veröffentlichung: 09.05.2018
Schweiz Ärzteztg. 2018;99(1920):613

Pas si géniaux ... à l’avenir

Lettre concernant: Grillet JP. L’art médical s’apprend 
sur le terrain. Bull Méd Suisses. 2018;99(16):510.

On refait le combat des anciens et des modernes! Notre confrère genevois partage une vision manichéenne de la médec ine alors que tout médecin compétent sait que «la médecine c’est comme dans les livres, et très souvent précisément un peu différent à chaque fois». C’est là notre part d’expérience à reconnaître et valoriser, acquise chèrement. Mais décrier tout le travail de formalisation, présenté comme rigide, est une vision passéiste, hélas partagée par certains confrères, même excellents cliniciens, à propos des «normes, pro-
tocoles, modules destinés à formater TOUTE l’activité et la pensée» (sic). On a eu le même mouvement pour ANOVA, rejeté quasiment en bloc par «les» médecins comme outil d’ana­lyse du poids des facteurs dans un processus (et cela a bien fait rire les statisticiens!), puis pour EBM, et je ne sais quoi d’autre encore. Attendez l’IA (intelligence artificielle) qui sera pleinement à l’œuvre dans une ou deux décennies, et je pense que les médecins non seulement seront surpris, mais encore plus sur la défensive pour ceux qui verrons qu’ils ne sont plus si «géniaux» que ça. Cela sera-t-il dans «nos» mains, ou pas, est un souci légitime. Quelle conséquence en tirera-t-on pour la ­pratique et notre insertion dans la société? Soyons un peu plus humbles, et ne mélangeons pas notre légitime satisfaction d’être compétents et de bien faire pour nos patients et notre volonté hégémonique de pouvoir ­décider SEULS.

Dr méd. Virgile Woringer, Lausanne

Kopfbild: © Romeo 1232 | dreamstime.com